Benjamin Karim Bertrand

Danse  Villa Kujoyama  2020

Formé en littérature et en philosophie en khâgne et à la Sorbonne ainsi qu’en danse contemporaine (Conservatoire des abbesses-Paris), le danseur et chorégraphe Benjamin Karim Bertrand a été entre autres interprète pour le chorégraphe Olivier Dubois dans Tragédie et Auguri, le plasticien Jean-Luc Verna, la metteure en scène Marine Mane ou encore l’artiste pop Christine & the Queens et le collectif (LA) HORDE. Avec RADAR, sa compagnie chorégraphique, il signe des pièces comme Orages (2015), Rafales (2017), Inside your bones (2019) et envisage sa pratique comme une expérience de la relation : à la spatialité et au vide, à l’Autre et à une forme d’intensité vibratoire.

S’il existe des vestiges, il existe alors des passeurs. Ou plutôt des héritiers, les héritiers du feu. De quels gestes sommes-nous alors les héritiers ? À partir d’un corpus de 196 danses filmées à Kyoto durant sa résidence à la Villa Kujoyama, Benjamin Karim Bertrand compose Vestiges, un atlas de gestes mélancoliques. Inspirée par les figures spectrales du théâtre Noh et du Bunraku, cette fresque d’images a pour horizon, aux même titre que les mots de Donna Haraway «d’apprendre à faire mémoire et à vibrer avec les fantômes».

Des images du don et de la circulation qui sont désormais portées par deux formes chorégraphiques : Vestiges (solo) et La fin des forêts (pièce de groupe pour quatre interprètes, création en 2021).

Photos 1 et 2 : Benjamin Karim Bertrand, La fin des forets, credit Charly Gosp, 2019
Photos 3 à 5 : Benjamin Karim Bertrand, Vestiges, credit Lisa Surault, 2019
Portrait : crédit Lisa Surault, 2019

Participe à

Artistes à découvrir