Crédits: Daniele Molajoli

Née en 1985 à Chambéry (France), Noémie Goddard est architecte d’intérieur.

Formée aux Arts Appliqués à l’École Boulle puis à l’École Normale Supérieure de Cachan, sa pratique architecturale globale et transdisciplinaire établit un dialogue entre architecture, architecture intérieure et design mobilier.

Associée – Directrice de Création et de Communication au sein d’une agence d’architecture parisienne depuis 2009, elle exerce et met en pratique ses réflexions dans un large spectre d’applications : de l’équipement public à la microarchitecture, en passant la réhabilitation. En 2015, elle cofonde un laboratoire dédié à l’architecture intérieure au sein duquel est développé une méthodologie de conception singulière et unifiante, œuvrant à la réconciliation des échelles et au croisement des disciplines, valorisant les métiers d’arts et initiant les collaborations artistiques au sein du projet architectural.

Le projet qu’elle a mené à la Villa Médicis vise à étudier de manière élargie la question de l’intérieur et de l’intériorité conduisant à dépasser l’habiter pour faire émerger de nouveaux arts de vivre. Le projet s’installe à Rome, exemple paradoxal des capacités de réinventions du paysage bâti et des désastres liés à la sur-urbanité, pour questionner la refonte des espaces intérieurs comme voie d’avenir face à la surexploitation des ressources qu’implique les constructions neuves. Sous forme d’enquête, réunissant chroniques et recherches appliquées au sein d’un ouvrage, le projet propose une relecture historique et critique des dispositifs intérieurs. Ainsi l’intérieur, adaptable et toujours en devenir, serait-il garant de notre capacité à habiter le monde de demain ? Si intérieurs et individus interagissent en réciprocité, quelles nouvelles articulations imaginer entre les enveloppes bâties, les paysages intérieurs et ceux qui les habitent ?

Artistes à découvrir